Les autorités fiscales profitent de l'enfermement des étrangers en Espagne pour leur faire payer des impôts

  • Maintien de la limite de 183 jours pour qu’ils soient considérés comme des résidents fiscaux

  • Les restrictions gouvernementales les empêchent de rentrer chez eux

  • L’OCDE appelle les pays à cesser de compter les cas de « force majeure ».

    Le fisc profite de l’enfermement des étrangers surpris par la crise du coronavirus dans leur résidence secondaire en Espagne et ne pouvant rentrer dans leur pays pour exiger qu’ils paient des impôts. Contrairement aux recommandations de l’OCDE, l’Agence fiscale maintient l’obligation de résider hors d’Espagne pendant 183 jours afin d’éviter que le Trésor public ne considère automatiquement ces personnes comme des résidents fiscaux en Espagne et ne les oblige à payer des impôts aux autorités fiscales espagnoles.

    Les restrictions à la mobilité décrétées par le gouvernement, et articulées par l’état d’alarme, ont fait que ces personnes ayant une résidence fiscale à l’étranger se retrouvent piégées dans le pays. De cette manière, beaucoup d’entre eux finiront par accumuler une longue période de résidence, supérieure à 183 jours, après avoir additionné la durée de ces restrictions et le temps qu’ils ont séjourné en Espagne avant et après celles-ci.

    Échappées étranges

    Cette situation a déclenché l’alarme parmi les étrangers qui ont été surpris à l’intérieur des frontières espagnoles. Beaucoup ont réussi à quitter le pays par des moyens inhabituels. « Il y a quelques jours, un client désespéré a dû faire face à un long voyage vers son pays, avec de nombreuses complications et plusieurs bateaux pour ne pas accumuler de permanence en Espagne et ne pas être considéré comme un résident fiscal ici », souligne l’expert fiscal Alejandro del Campo, associé de DMS Consulting à Majorque, avec un important portefeuille de clients étrangers. « En cas de décès imminent d’un membre de la famille, vous pourriez même devoir payer des droits de succession », souligne-t-il.

    La conséquence du séjour de 183 jours sur le sol espagnol est l’application immédiate de l’article 9 de la loi relative à l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPF). L’étranger devient ainsi un contribuable espagnol et l’Agence fiscale lui demandera de payer, entre autres, l’impôt sur le revenu des personnes physiques sur tous ses revenus mondiaux.

    L’Inland Revenue exigera l’impôt sur la fortune sur leurs revenus mondiaux et l’impôt sur les successions sur tout héritage reçu dans n’importe quel pays. 

    En outre, l’Inland Revenue les obligera à payer l’impôt sur la fortune – à l’exception des étrangers résidant à Madrid, qui sont actuellement exonérés à 100 % – également sur leur patrimoine mondial. Cette taxe n’existe pas dans la grande majorité des pays voisins.

     

    Comme en Espagne, les étrangers sont également confrontés au décès de membres de leur famille à cause du coronavirus. Si cette situation les surprend dans le pays, et qu’ils passent 183 jours en Espagne cette année, ils seront obligés de payer l’impôt sur les successions et les donations sur tout héritage ou don qu’ils reçoivent où que ce soit dans le monde.

    En outre, l’application du nouvel article de la loi sur l’impôt sur le revenu des personnes physiques implique la présentation du formulaire 720 de l’Inland Revenue. Cette déclaration oblige à déclarer tous les biens et droits que le contribuable possède à l’étranger, qu’il s’agisse de comptes, de titres ou de biens immobiliers, si l’un de ces groupes de biens dépasse 50 000 euros.

    Le Secrétariat général de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a déjà appelé les pays à geler le compteur. L’OCDE considère la pandémie comme un cas de force majeure qui empêche les personnes de se déplacer entre les pays, selon son document de recommandations intitulé Analyse des conventions fiscales et de l’impact de la crise du Covid-19.

    Les pays arrêtent le compteur

    L’OCDE exhorte les administrations fiscales à suivre les pratiques de certains pays membres, comme l’Australie, le Royaume-Uni et l’Irlande. Les autorités fiscales de ces pays ont exprimé leur intention d’ignorer les jours de présence sur leur territoire de personnes physiques telles que les employés, les agents, les cadres ou les directeurs.

    Bien que les notes du Secrétariat de l’OCDE ne reflètent pas nécessairement la position officielle des pays membres de l’OCDE, ses arguments sont fondés sur le Modèle de convention, où il a une valeur interprétative.

    « La DGT doit considérer que cette crise sanitaire est une force majeure qui les empêche de revenir », explique le procureur Javier Gómez Taboada.

    « En Espagne, la Direction générale des impôts (DGT) devrait suivre les recommandations de l’OCDE et la pratique d’autres administrations dans notre environnement, dans le sens de comprendre que la crise sanitaire est une cause de force majeure et, en tant que telle, elle ne devrait pas avoir d’impact sur la résidence fiscale des personnes dont les mouvements ont été limités contre leur volonté », considère l’avocat fiscaliste Javier Gómez Taboada, associé de Maio Legal.

    Pour sa part, Esaú Alarcón, associé du cabinet Gibernau Asesores, fait valoir que, malgré la tentative du Trésor de faire payer à l’État les frais d’exploitation de l’entreprise, il n’y a pas de raison de s’inquiéter.